La loi sur la commercialisation de la marihuana en Uruguay ne fait pas l’unanimité…

Selon José Mujica, actuel président de l’Uruguay, la politique de répression du pays contre la marihuana n’est pas fructueuse et la situation en Uruguay est de pire en pire. On parle de chemin alternatif à celui de la guerre des drogues.

Dans un entretien téléphonique avec la BBC Mundo, Mujica explique que la réglementation de cette loi contient 100 articles, et que le sujet est donc délicat. « Et ce n’est en rien ce à quoi pensent certains : [une loi] laissant la possibilité au peuple à consommer des drogues ou de la marihuana à tambour battant », a-t-il ajouté. D’après Mujica, la consommation de cannabis aurait été multipliée par 100 en 25 ans, malgré les pressions, les répressions, les confiscations de chargements de drogues, etc…

Mais le président uruguayen a d’ores et déjà annoncé que la voie que le pays allait emprunter n’est pas un « chemin triomphal » mais un « chemine d’expérience ». José Mujica rappelle que chaque addiction reste une « peste », et que l’expérience législative et sociale (voire économique) de la commercialisation du cannabis est menée avec « honnêteté intellectuelle ».

Mujica

L’Organe International de Contrôle des Stupéfiants (OICS) a, quant à elle, critiqué cette « expérience » rejoignant ainsi l’opposition politique uruguayenne (Partido Colorado, et Partido Nacional), ainsi qu’une grande partie de la population si l’on tient compte d’un récent sondage paru le 7 Mai.

stats(Les données chiffrées ont pour source l’enquête de « Equipos Mori », publiée sur le journal uruguayen « El País »)

Pour le président Mujica, être contre cette expérience est compréhensible lorsque l’on est conservateur et parmi « ceux qui refusent chaque changement ». Cette expérience permettrait de constater dans plusieurs années si la consommation de drogues augmente ou diminue, et d’en tirer une conclusion sociale. Quant aux attaques de l’opposition, Mujica ajoute : « Je ne suis pas impressionné par les cris qui me frappent. J’ai ma manière de pensée. »

 

marihuanaConsommation : Qui ?

Pour consommer, il faut être majeur (18 ans en Uruguay), et avoir la nationalité uruguayenne, légale ou naturelle. C’est-à-dire être né uruguayen, ou avoir été naturalisé en résidant sur le sol uruguayen avec une « résidence permanente dûment accréditée ».

De plus, les consommateurs devront s’enregistrer sur une base de données confidentielle du gouvernement, certainement pour faciliter les études et les statistiques qui serviront dans quelques années à tirer une conclusion sociale.

Il sera possible de cultiver soi-même son propre cannabis mais pour ce faire, il faut que l’individu intéressé s’enregistre à son tour auprès de l’IRCCA (Institut de Contrôle et de Régulation du Cannabis – Instituto de Regulación y Control de Cannabis), crée par la loi votée en Décembre, dans un délai de 180 jours.

 

Production, Consommation : Comment ?

La production de la marihuana sera assuré par six entreprises privées (un appel a déjà été lancé par l’IRCCA), qui devront garder leurs plantations par les forces policières voire l’Armée. Les coûts de sécurité seront au compte de l’entreprise. Chaque entreprise aura à sa disposition 1.5 hectares à exploiter. Le quotidien uruguayen El País précise « Les entreprises devront détailler la structure de sa société, et l’origine des fonds de ses investisseurs ».

Le taux de tétrahydrocannabinol (THC) est fixé à 15% (aux Pays-Bas, le taux de THC est également et strictement limité à 15% maximum)

Le gramme de marihuana, qui ne sera pas exposé au public, ou en vitrine, coûtera entre 0.63€ et 0.69€, soit entre 20 et 22 pesos uruguayos. Aux Pays-Bas, le coût par gramme est compris entre 2 et 15€. Tout dépend de la variété, du type, et de la quantité consommée. En général le prix est d’environ 5€. A noter que le revenu moyen par habitant en parité de pouvoir d’achat (PPA) d’Uruguay est le plus élevé d’Amérique Latine avec 17.343 dollars, (juste devant le Venezuela dont le revenu moyen par habitant en PPA est de 16.965 dollars). Ces chiffres étant parus sur le journal mexicain « La Jornada » en s’appuyant sur les données de la Banque Mondiale. Les Pays-Bas ont, pour le même indicateur, 42.300 dollars.

Les achats seront limités à 10 grammes par semaine.

Pour se procurer le produit, il faudra se rendre en pharmacie (même si celles-ci ne sont pas obligées d’en vendre), dans des clubs dédiés à cet effet (ce qui pourrait rappeler les coffee shops aux Pays-Bas), ou alors utiliser sa propre culture. (Voir ci-dessus)

La consommation de la marihuana sera, comme celle du tabac, interdite dans les lieux fermés et les transports en commun.

 

(Le Suricate)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s